mardi 25 décembre 2012

La fin de l’innocence, de Megan Abbott

Pas très emballé par ce livre de Megan Abbott. L’ambiance du début était pourtant prometteuse malgré un point de départ on ne peut plus classique (la disparition d’une jeune fille, les émois d’une petite ville, la douleur de la famille, les conséquence au collège…). L’auteur parvient bien à nous plonger dans la tête d’une fille de 13 ans, la meilleure amie de la disparue. Malheureusement, une fois le décor planté, l’intrigue traîne péniblement en longueur et je me suis vite ennuyé. On pourra me rétorquer que ce n’est pas un thriller, mais dans ce cas je trouve que l’écriture n’est pas suffisamment à la hauteur. Laura Kasischke par exemple s’en sort beaucoup mieux sur le thème des troubles de l'adolescence.

La fin de l’innocence (The end of everything), de Megan Abbott, traduit de l’anglais (USA) par Isabelle Maillet, Ed. JC Lattès

Aucun commentaire:

Publier un commentaire