mercredi 26 décembre 2012

De bons voisins, de Ryan David Jahn


« De bons voisins » est tiré d’un fait divers célèbre aux Etats-Unis, l’assassinat de Kitty Genovese en 1964. La jeune femme fut agressée à deux reprises puis finalement assassinée dans la rue près de chez elle. Malgré la durée de l’agression aucun des voisins ne prit la peine d’intervenir ou d’appeler la police, chacun pensant que quelqu’un d’autre s’en occuperait. Une règle a été tiré de ce cas d’école : plus les témoins sont nombreux moins il y a de chance qu’ils agissent.
Ryan David Jahn donne donc son interprétation de cette nuit particulière en imaginant les vies des voisins passifs. Des vies pour la plupart moroses, pleines d’angoisses et de désillusions. Tous ces fragments mis bout à bout aurait pu relever de l’anecdotique mais Ryan David Jahn fait preuve d’un beau style d’écriture qui nous projette sans peine dans chacune des vies tout en distillant un redoutable suspense. J’ai pensé à Echenoz ou Jauffret dans certains passages, mais saupoudré d’une indéniable efficacité américaine.

De bons voisins (Acts of violence), de Ryan David Jahn, traduit de l’anglais (USA) par Simon Baril, Ed. Actes Sud, 270 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire