samedi 19 octobre 2013

Epépé, de Ferenc Karinthy

Bravo aux éditions Zulma d’avoir eu la très bonne idée de sortir (enfin) ce livre en format de poche et de lui offrir du coup une seconde vie.
Soyons clair et concis : Epépé est un roman génial ! Je l’ai découvert il y a quelques années et depuis il persiste à s'inviter régulièrement dans mes pensées.
Ecrit dans les années 70 par le Hongrois Ferenc Karinthy, ce livre est aussi fou et angoissant que du Kafka et du Buzzati confondu, le tout avec une pointe d’humour pour mieux nous faire passer la pilule. On y suit un linguiste polyglotte érudit qui se retrouve propulsé sans bien savoir comment dans une ville inconnue et surpeuplée. Or notre héros est pris de quelques sueurs froides lorsqu’il se rend compte qu’il ne comprend pas un seul mot de ses étranges habitants. Tout du long il n’aura de cesse de tenter de communiquer, de rétablir ce rapport à l’autre sans lequel toute vie perd son sens. Fable acerbe, critique amère du communisme, récit doux dingue où l’absurde côtoie la folie. On ressort de ce roman sonné. Mais d’un mal qui fait du bien.


Epépé, de Ferenc Karinthy, traduit du hongrois par Judith et Pierre Karinthy, Ed. Zulma, 288 pages 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire