mardi 9 avril 2013

Carmen (Nevada), d'Alan Watt


Quelque part entre « Virgin Suicides » et « Elephant » de Gus Van Sant, ce beau livre d’Alan Watt nous plonge dans le mal-être d’un ado. Neil Garvin ne sait plus qui il est, ni ce qu’il veut ou ce qu’il doit faire. Un père abusif, une mère absente, l’âge adulte qui approche trop rapidement… Et puis cet accident, au volant de sa voiture, alors qu’il avait trop bu. Un garçon est percuté. Neil cache le corps. La culpabilité s’installe et le mal-être tourne alors au violent désespoir.
Le livre m’a beaucoup fait penser au roman « Les âmes perdues » de Michael Collins. Intrigue proche, même façon de naviguer aux lisières du polar, de décrire la vie provinciale américaine, et surtout de nous faire ressentir les désarrois de l’adolescence. Dans le même genre il y a aussi « Rêves de garçons » de Laura Kasischke. On pourrait en citer d’autres. Et c’est peut-être le seul petit reproche que je ferais au bouquin qui, même s’il est fort bien réalisé, m’a semblé un poil déjà-vu. Il n’empêche, c’est une bonne nouvelle de lui voir offrir une nouvelle vie avec ce passage au poche, 10 ans après sa publication dans feu La Noire de Gallimard.

Carmen (Nevada), d'Alan Watt, traduit de l'anglais (USA) par Laetitia Devaux, Ed. Le Masque, 350 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire