lundi 15 octobre 2012

Nager sans se mouiller, de Carlos Salem


Très sympa ce « Nager sans se mouiller » de Carlos Salem. Deuxième roman de cet écrivain né à Buenos Aires qui vit depuis vingt ans à Madrid, on y découvre une écriture légère mais affirmée, faisant alterner habilement loufoquerie et moments plus introspectifs. Le héros est un tueur à gages obligé d’infiltrer bien contre son gré un camping naturiste pour sa dernière mission. C’est donc dans son plus simple appareil que notre homme va croiser espions et contre-espions, un flic hargneux et une jolie blonde très décomplexée, ou encore sa propre ex-femme qui ne sait rien de sa double vie et qui a eu la bonne idée de venir camper dans le coin avec son nouvel amant. Voilà pour le côté farfelu. Au-delà de ça, il y a  les pensées de l’homme sur sa vie et sa relation avec sa famille : des petites réflexions toujours bien senties qui ne ralentissent en rien une intrigue menée tambour battant. Bref, un polar original et rafraîchissant.   

Nager sans se mouiller (Matar y guardar la ropa), de Carlos Salem, Ed. Actes Sud (et en poche aux Ed. Babel), traduit de l’espagnol par Danielle Schramm, 295 pages   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire