mercredi 16 janvier 2013

Ravages, de Anne Rambach

Diane Harpmann est journaliste. Lorsqu’elle apprend la mort de son ami et collègue Dominique André, elle se méfie immédiatement de la thèse avancée du suicide. Ces derniers mois, André travaillait sur le scandale politico-industriel de l’amiante. Diane décide alors de reprendre l’enquête sans se douter que les tueurs de son ami vont bientôt se lancer sur ses traces.
Anne Rambach, l’auteur du livre, est elle aussi journaliste. On ne s’en étonne pas car si son récit prend la forme d’un polar, façon Erin Brockovich en un peu plus musclé, il est aussi parfaitement documenté. On apprend beaucoup de choses sur l’amiante et sur la façon dont les risques qui y sont liés ont été (mal) gérés. Ne serait-ce que pour cela, l’entreprise est à saluer.
Une fois cela dit, le roman n’est pas exempt de défauts. Si j’ai vraiment accroché durant le premier tiers – la partie la plus forte en suspense -, mon intérêt a commencé à faiblir durant le deuxième tiers plus démonstratif, pour finalement complètement retomber vers la fin (retour à l’action pure et dure) avec un dénouement parachuté et pas à la hauteur de ce qu’on pouvait espérer.
Bref, c’est un roman bourré de bonnes intentions : sérieux dans son exécution, original par son thème et démontrant une envie évidente de ne pas ennuyer. Alors même si pour moi ce n’est qu’à moitié réussi, j’ai quand même plutôt envie de recommander le livre.  

Ravages, de Anne Rambach, Ed. Rivages/Thriller, 400 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire