lundi 28 janvier 2013

La Forêt muette, de Pierre Pelot - La Petite fille qui aimait Tom Gordon, de Stephen King

Après "Des Noeuds d'acier" et "Une semaine en enfer", j'ai continué dans la thématique "promenons-nous dans les bois pendant que le loup y est".


Passons rapidement sur une énorme déception : "La petite fille qui aimait Tom Gordon". Ca faisait une éternité que je n'avais pas lu de Stephen King et j'y allais avec un bon espoir de frisonner. Hélas, rien du tout. Juste un gros, gros ennui.
Une petite fille se perd dans les bois, marche, tombe, mange des baies, se pique deux ou trois frayeurs avec quelques bruits bizarres, s'invente un compagnon imaginaire pour la soutenir, continue de marcher et de tomber.... Voilà, c'est à peu près tout ce que j'aurai retenu... On zappe.


Heureusement, "La Forêt muette" de Pierre Pelot a rattrapé le coup. Là, enfin, une vraie ambiance, qui met mal à l'aise, qui nous angoisse. Deux bûcherons au fond d'une forêt qui se retrouvent face à une jolie jeune fille sortie de nulle part, frêle et sans défense. Hallucination ? Il ne semblerait pas. Alors que faire ? Prévenir les secours ou au contraire s'assurer que personne ne se trouve dans le coin ? Il ne faudra pas longtemps pour que le tension entre les deux bûcherons se mette à monter de quelques crans, jusqu'à l'explosion dans l'horreur. Un bon roman façon série B, effrayant comme il faut avec un beau travail sur la psychologie des personnages.


La Petite fille qui aimait Tom Gordon (The Girl who loved Tom Gordon) traduit de l'anglais (USA) par François Lasquin, Ed. Albin Michel, 330 pages.
La Forêt muette, de Pierre Pelot, Ed. Verticales, 190 pages. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire