samedi 10 mars 2012

Les Visages écrasés, de Marin Ledun


Pas vraiment accroché à cette histoire de crime mâtinée de critique sociale autour de la violence au sein des entreprises. L’idée de départ est plutôt originale avec une femme médecin dans un centre d’appel qui pète les plombs et tue un employé pour lui éviter définitivement les souffrances qu’il endure chaque jour sur son lieu de travail. Mais ensuite l’hystérie du personnage principal prend le dessus et devient assez pénible. Surtout, j’ai trouvé que l’accumulation de tentatives de suicides, de meurtres et de viols entamait à chaque fois un peu plus le réalisme du récit pour finalement basculer vers la caricature. Il y a indéniablement beaucoup à dire sur le mal-être au travail mais la démonstration m’a semblé ici trop grossière pour être pertinente et convaincante.

Dans le même genre :
Le couperet, de Donald Westlake

Aucun commentaire:

Publier un commentaire